Antoine et Théo, des bros et des vélos

Temps de lecture : 7 minutes

C’est l’histoire de deux amis, d’une bromance basée sur deux immuables piliers : la bière et l’amour de Raymond Poulidor (Poupou pour les intimes). D’un côté il y a Théo Saulnier et de l’autre Antoine Gaudin, deux passionnés dont le quotidien est rythmé par les coups de pédales, les coups de freins et les coups entre potes. Il y a quelques mois, ils ont décidé de réunir ces deux passions à travers Pils Bike Tourism. De quoi s’agit-il exactement ? Rencontre avec les deux créateurs.

 

Raphael : C’est quoi Pils Bike Tourism ?

Antoine Gaudin : On essaie d’organiser des tours de vélo où l’on va visiter des brasseries artisanales d’île-de-France. C’est des tours de 60 kilomètres à peu près, avec un niveau accessible pour tout le monde, et à la fin on visite une brasserie artisanale.

Théo Saulnier : Tous les mois une brasserie différente dans la campagne d’île-de-France, autour de Paris. La dernière fois on était en Picardie, donc on était vraiment à la limite on va dire. On essaie de mixer des beaux paysages avec le goût de la bière.

unnamed 3

Comment vous est venue cette idée ?

AG : En fait il y a une petite histoire. On était en Chevreuse. On allait rouler tous les deux pour sortir de Paris et voir des coins chouettes. Il y avait un espèce de château, il faisait chaud et il fallait marcher. On s’est dit que ça serait trop bien s’il y avait un bar avec de la bière là-haut. Je ne me rappelle plus du nom du château.

TS : Château de la Madeleine.

AG : On arrive en haut et il n’y avait pas de bar. Il y avait une espèce de boutique pour les touristes et il vendait de la Volcelest (NDLR : bière locale). Du coup, joie ! On s’est pris une bière, on l’a bu sur les hauteurs, un pur moment. On s’est dit que ce serait cool de continuer le truc comme ça.

TS : C’est comme ça qu’a naquis l’idée.

Combien d’excursions avez-vous fait jusqu’à maintenant ?

TS : On va faire la cinquième (NDLR : interview réalisée le 29 Janvier)

unnamed 2

Combien de participants avez-vous aujourd’hui ?

TS : Sur le groupe, on est très exactement 197.

AG : Nan, on est 200 aujourd’hui !

TS : 200 ?

AG : Ouais 200 aujourd’hui.

Vous parlez d’un groupe Facebook ?

TS : Oui un groupe Facebook. Sur les 2 dernières sorties on était une trentaine environ.

Comment se déroule une sortie ?

AG : La plupart du temps comme on va assez loin… bon tout d’abord on crée l’événement sur Facebook, tout simplement. Les gens qui veulent participer voient toutes les infos. Donc comme on va assez loin, on prend le RER. Pour toutes les excursions on prend le train jusqu’à un point donné, après nous on a déjà fait une map, on a repéré les endroits assez cools, s’il y a des lacs, des châteaux… On fait un tour de 60 kilomètres avec la brasserie à la fin. Au début, quand on n’était pas beaucoup, on faisait 30 kilomètres avant la brasserie et 30 kilomètres après. On a vu que c’était vite assez difficile après la brasserie. Maintenant on fait 60 kilomètres avant, brasserie, puis on repart en RER. On s’arrange. On essaie de voir ce qui est le plus facile.

TS : C’était une décision de se focaliser sur la partie la plus belle du tracé, et pas se taper la sortie de Paris avec le périph et les difficultés que ça peut représenter. Ça nous permet de faire vraiment 60 bornes dans les meilleures conditions. En plus, ce n’est pas si mal de prendre le train avant, ça permet aux gens d’avoir un moment où ils sont tous ensembles. Ils se rencontrent, ils discutent et ça crée déjà un petit sentiment de groupe qui est utile après. Ca évite qu’il y en ait qui fassent les perso, qui se barrent. On essaie de faire en sorte que tout le monde soit content, les putains de rider avec des vélos super reuch et qu’ont du niveau et les gens qui sont des débutants, qui sont plus là pour la bière et la brasserie.

unnamed 1

Comment ça se passe dans la brasserie ?

AG : Niveau brasserie on a eu de la chance. Les dernières brasseries ont ouvert pour nous. Il y a eu la Saint-Q à Saint-Quentin en Yvelines qui a ouvert spécialement pour nous. C’est un petit brasseur qui s’est monté il y un an, quelque chose comme ça. Le mec a tout lâché pour monter sa brasserie. On l’a contacté, il était fermé normalement et il a ouvert juste pour nous. Ce qui était marrant d’ailleurs, enfin quand on l’a eu au téléphone, normalement il fait visiter ses brasseries à des touristes ou autres. Il fait des tours où tout le monde écoute bien son discours et ses explications sur sa bière. Quand on parlait au téléphone, il ne savait pas trop comment ça allait se passer et quand il nous a vu arriver dans la brasserie, il a vite compris qu’on venait boire des coups, découvrir sa bière et la goûter. C’était une belle surprise pour lui. On a pu pas mal échanger. C’était assez différent de ce qu’il vivait normalement. On est une bande de gais lurons qui font du vélo, boivent de la bière et qui ne se prennent pas la tête.

TS : On a un profil un peu plus rock’n’roll que ce à quoi ils sont parfois habitués, et ça leur fait plaisir. Ils sont habitués à avoir des groupes, comme des touristes, la dernière fois il y avait des gens de Nouvelle-Calédonie, et qui sont là pour connaître et faire une petite dégustation. Nous on arrive, on a fait 60 bornes, on est là pour boire des coups et rigoler. Ça crée une super ambiance et les brasseurs adorent. Le dernier qu’on a visité c’est la bière Saint-Rieul, à Trumilly dans l’Oise. Le mec était un ancien cycliste. Il était ravi de l’initiative. Il nous a payé des coups, c’était génial. Ça crée vraiment un truc particulier.

Comment faire pour vous rejoindre ?

AG : Il faut se mettre sur le groupe Facebook Pils Bike Tourism. On met toutes les infos. On fait un tour par mois. Dés qu’on organise quelque chose, on le poste.

unnamed 4

Qu’est-ce qu’on peut vous souhaiter ?  

AG : Continuer à faire des tours, que les gens continuent à venir, encore plus de brasseries. On pense, plus tard, peut-être organiser des week-ends, en Belgique ou en France, pour voir plusieurs brasseries… C’est dans l’idée, peut-être pour les beaux jours. On verra.

Un mot pour finir ?

AG : Des bros (NDLR : diminutif de brothers)  et des vélos

TS : Des bros et des vélos !

AG : Des bros et des vélos !

TS : C’est notre devise. Assez surprenant pour faire une parenthèse : il y a beaucoup de filles. C’était une surprise. Quand Antoine a trouvé cette accroche « Des bros et des vélos », on s’est dit qu’il allait y avoir que des gars, mais au final il y a une grosse partie de filles. On s’est rendu compte que les nanas aimaient particulièrement la bière artisanale. Pas forcément la bière de manière générale, mais sur le segment de la bière artisanale, elles aiment ça. Et elles aiment aussi le vélo.

AG : Sur les tours il n’y avait pas beaucoup de filles non plus, mais il y en a beaucoup sur le groupe Facebook. Il y a le Paris Women Cycling Club qui voulait venir faire des tours avec nous. C’est aussi un groupe de cyclistes mais féminins. On ne les connaît pas encore mais elles ont l’air de sacrément bien rouler. On verra pour la prochaine fois.

Merci  

AG & TS : Merci à toi

Note : pour rejoindre le groupe Facebook, c’est ici https://www.facebook.com/groups/272958379563918/?fref=ts

 

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *