Hervé Nicolas, archéologue vidéoludique

Temps de lecture : 8 minutes

Tout le monde a eu son “premier jeu vidéo”, le “premier jeu auquel j’ai joué”. Généralement, c’est un souvenir assez marquant, peut-être même plus que le premier film vu ou le premier livre lu. Moi je me souviens que c’était Incoming sur le premier PC familial. Ensuite, j’ai une histoire personnelle avec des jeux qui m’ont marqué : Half-Life, Pokémon, Max Payne, Warcraft 3… Quantitativement, ces jeux ne représentent qu’une goutte d’eau dans le catalogue du jeu vidéo. Depuis la naissance du jeu vidéo, souvent associée au jeu Pong, il y a eu de nombreuses consoles, des réussites, des échecs et des milliers de jeux. Toute cette richesse vidéoludique doit être préservée, et aussi partagée. D’ailleurs le jeu vidéo s’invite de plus en plus régulièrement dans les musées. Ce sont aujourd’hui des passionnés, comme Hervé Nicolas et son association NemcoShow, qui assurent ce travail de pérennisation.

 

Raphael : Que fait ton association, NemcoShow ?

Hervé Nicolas : L’association NemcoShow sauvegarde et partage le patrimoine vidéoludique. On le partage à travers des expositions, des médiathèques, sur des salons, sur des événements, comme ici au Cinéma Paradiso (NDLR : interview réalisée le 25 juin 2015 au Grand Palais) avec MK2. Par exemple, là, sur notre stand, on a mis Bomberman jouable à 10. C’est pour amuser les gens. Sauvegarder c’est important, jouer et rejouer l’est encore plus.

11228917_794358924005496_5200640487681958410_n

D’où te vient cette passion du retrogaming ?

Tout d’abord, une petite mise au point à propos du retrogaming : je ne fais pas de retrogaming. Je fais du jeu vidéo, certes parfois ancien, mais ça reste du jeu vidéo. Quand on regarde un vieux film en noir et blanc, on ne fait pas du retrocinéma, on regarde un grand film de cinéma. Les grands jeux vidéo comme les grands films, ça vieillit bien, ça se regarde, et ça se rejoue. Donc il n’y a pas de retrogaming dans notre association, simplement une sauvegarde. Sinon pour répondre à ta question, j’ai cette passion depuis tout petit, j’ai commencé avec Pong. Mon père travaillait chez Philips, donc dans l’électronique grand public. Philips a évidemment fabriqué des Pong depuis le début, puis des micro-ordinateurs et des consoles. Je baigne dedans depuis, et je n’ai jamais arrêté. Je n’ai pas possédé toutes les consoles, parce qu’on n’était pas assez riche dans la famille, mais il y avait les potes. Quand j’avais une Mega Drive, un pote avait une Super Nintendo, et on se les échangeait pendant les vacances. C’est une histoire de passion, jusqu’à la PS4 maintenant.

85edf037580003171360232a5237351c_large

Pong

Tu parles de sauvegarde, j’ai l’impression qu’il y a un côté archéologie, recherche d’antiquités, de reliques, d’éditions limitées… Comment se passe ce travail de recherche ?

On est des grands chineurs devant l’éternel. C’est un peu de l’archéologie les brocantes, il faut vraiment regarder partout, dans tous les sens. Malheureusement, il y a une grosse concurrence maintenant sur les brocantes, mais à une certaine période, avec un petit billet de 50 balles, on repartait avec 2 gros sacs plein. On a fait ça pendant des années. Quand j’ai commencé, mon fils était encore tout petit. Il avait 6 ans. J’avais encore tout mon matériel, que je lui ai donné, que je lui ai légué. Il joue avec depuis tout petit. Il s’est avéré que les petits jouets électroniques, ça lui plaisait, que c’était rigolo. Avec sa mère, on a commencé à en chercher, pour lui, et c’est comme ça que ça a commencé. Quand il était tout jeune, je l’emmenais aussi chez les éditeurs de jeux vidéo et autre. Ca devenait un peu la mascotte, tout le monde lui donnait des trucs… Et il a tout gardé ! Absolument tout ! Aujourd’hui il a des prototypes de jeux, des trucs de fous dont les éditeurs ne voulaient pas spécialement se séparer, mais qu’ils lui ont donné. Mine de rien, ça grossit la collection.

Aujourd’hui, la collection de l’association NemcoShow, c’est combien de pièces ?

Au dernier inventaire, c’était 8762 pièces. D’ailleurs, on l’a fait juste avant le Cinéma Paradiso. On tient notre inventaire au coup par coup, sinon on est vite débordé. On n’est pas collectionneur de véhicules, où quand on arrive à 6 ou 7 voitures on est content. Nous, on arrive à 6000, 7000, 8000, 9000 pièces, peut-être même 10000 un jour. Evidemment on n’a pas tout, mais on a les principales machines, toutes les consoles de l’histoire du jeu vidéo, les micro-ordinateurs, puis une sélection des jeux vidéo que nous aimons bien, pas forcément des jeux qui coûtent le plus, mais ça on s’en fout un peu. On a des jeux auxquels on aime rejouer.

maxresdefault

Bomberman

Toi, personnellement, est-ce que tu joues plus aux jeux… je vais pas dire rétro, mais qui datent un peu, ou tu joues plutôt aux jeux récents ?

Les deux. Mais on a tous nos marottes parmi les jeux anciens, on a nos incontournables. Dés qu’on est avec une bande de potes, c’est le Bomberman qui ressort, car ça se joue à 10 sur Saturn. On adore le Mario Kart Double Dash sur GameCube. On a plein de jeux comme ça. Il y a aussi la PS4, mais on n’a pas eu beaucoup le temps d’y jouer malheureusement, mais ça va venir. On attend les périodes de vacances, les périodes de calme. Et quand on ne joue plus avec le public, comme ici au Cinéma Paradiso, on joue en famille. Par exemple, j’ai fait The Last Of Us et Uncharted avec ma femme. Elle ne joue pas forcément à ces jeux, pourtant c’est une joueuse, mais elle adore regarder. Elle trouve que ça se regarde comme un bon film, elle participe, elle m’aide. Il y a aussi les incontournables de Nintendo, avec les Mario, les Mario Kart… et Smash Bros ! On joue pas mal à Smash Bros en ce moment !

a780714bcd2ad5a14a44304d55255c74_large

The Last of Us

Tu me dis que tu joues beaucoup aux jeux Nintendo, et justement, surtout depuis qu’ils ont sorti la Wii U, certains disent que c’était mieux avant. Est-ce que tu fais parti de ces gens là ?

Non, ce n’était pas mieux avant, c’était différent. Déjà ce n’était pas moins cher avant. Tout le monde gueule sur le prix, mais un jeu Super Nintendo, ça coûtait un bras et demi à l’époque, et ça coûte toujours un bras et demi. Sinon on se fout du support chez NemcoShow, on n’est pas pro Sony, pro Microsoft ou pro Nintendo, c’est tout simplement le jeu qui compte, peu importe la machine. Après, sur Wii U, on s’amuse énormément. Rien que le Smash Bros (NDLR : jeu de combat multijoueurs), on y joue en ce moment beaucoup avec notre pote Samuel Honrubia, champion du monde de handball, qui a un sacré niveau sur ce jeu ! On passe des soirées pizzas à se foutre sur la tronche. Et il y a toutes les générations puisque ma fille vient aussi, et d’ailleurs elle nous met souvent une piquette. C’est malheureux… On élève des gosses, et après ils nous battent. Ce n’est pas normal… (Rire). Voilà, ce n’était pas mieux avant… Mais c’était peut-être mieux dans le sens où  on était plus souvent surpris. On voyait des Atari-ST, ou des Amiga, qui allaient au-delà de ce qu’ils pouvaient faire, et on était scotché, on prenait une claque. Maintenant, on prend peut-être moins de claques, quoique… On va voir ce que vont donner les XBOX ONE et PS4. J’espère d’ailleurs que l’avenir sera plus radieux pour XBOX, que ça va redémarrer, parce que c’est bien qu’il y ait plusieurs constructeurs de console, c’est important. Bref, c’était pas mieux avant, c’était juste différent. On prenait plus de claques parce que ça évoluait à vitesse grand V.

ac9f128bf6d81ca4e9dfbddfc027a31d_large

Super Smash Bros

Pour toi, qui suit le jeu vidéo depuis ses débuts, qui côtoie l’univers vidéoludique d’hier et d’aujourd’hui, comment vois-tu l’évolution du jeu vidéo ?

L’évolution du jeu vidéo, on la voit par rapport à l’évolution des métiers. C’est impressionnant le nombre de personnes qui peuvent travailler sur un jeu de nos jours. On a l’impression que ça frise l’univers du cinéma, je pense aux crédits à la fin des films. Regardez Ubisoft, au début c’était une petite boîte bretonne, avec des jeux comme Zombi sur Amstrad et PC, et aujourd’hui vous regardez le nombre d’employés qu’ils ont, c’est juste phénoménal. C’est peut-être aussi ça qui fait que le regard qu’on a maintenant sur le jeu vidéo est différent.

maxresdefault-1

Zombi

Un dernier message pour finir ?

Longue vie aux jeux vidéo. Longue vie au NemcoShow… Et longue vie à ton site.

Merci.

 

Retrouvez toute l’actualité de l’association NemcoShow surhttp://nemcoshow.fr/

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *