Le nouvel an à Berlin

Temps de lecture : 1 minutes

Berlin, le nouvel an, les pétards qui explosent au sol et les feux d’artifice dans le ciel. Tout le monde y va de sa mèche allumée, même les grand-parents et leurs petits-enfants. Les bouteilles de champagne se transforment en rampe de lancement. Les fêtards, les curieux et les passants slaloment avec dextérité entre les projectiles qui fusent. La nuit s’illumine alors que les déchets s’accumulent par terre et que l’air s’emplit d’une horrible odeur de brûlé. Ce laisser-aller collectif plonge la ville dans un état d’ébriété qui laisse des traces. Elles ne disparaîtront pas avant le 2 janvier.

Le premier janvier, Berlin se réveille, sale, encore ivre de la veille. La période des fêtes n’est déjà plus qu’un souvenir. Le Père Noël a oublié sa bouteille de vodka sur un rebord de fenêtre. Les sapins, qui commencent à perdre leurs épines, cuvent sur le trottoir, eux qui sont passés en quelques heures de l’adoration à l’abandon. Les résidus des feux d’artifices et des pétards tapissent la chaussée. Il y a aussi quelques objets abandonnés, mais que personne ne viendra réclamer. Souvenir inoubliable déjà oublié, la nouvelle année peut commencer.

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *