Sylvie Fabregon, bookeuse de gueule

Temps de lecture : 6 minutes

Wanted est une agence de mannequin, mais pas une agence traditionnelle représentant les vainqueurs de la loterie génétique, répondant aux standards de la beauté moderne, incarnant une perfection physique inatteignable pour le commun des mortels. Wanted représente, comme ils le disent eux-mêmes sur leur site, des “profils atypiques & hors-normes”. Voici quelques exemples des profils qu’ils recherchent (NDLR : extrait de leur site) sans pour autant s’y limiter :

  • physiques disgracieux, ou déformés, ou vraiment très originaux.
  • tatoués, piercés, implantés, mutilés.
  • personnes de petites tailles, ou très grandes (supérieurs à 2m)
  • personnes au physique dérangeant (très androgynes, visages inquiétants, borgnes, cicatrices impressionnantes, défauts osseux…)

Ces caractéristiques ne peuvent-elles pas cohabiter avec la beauté ? La beauté a cela de fascinant que bien qu’elle soit standardisée, elle reste, heureusement, subjective. Chacun se fera son avis en regardant les photographies des mannequins Wanted illustrant l’interview de Sylvie Fabregon, “Head Booker” de l’agence.

 

Raphael : Qu’est-ce que Wanted ?

Sylvie Fabregon : Wanted est une agence de mannequins atypiques, c’est-à-dire des gens qui n’ont pas la gueule de tout le monde. Ce ne sont pas des “monsieur et madame tout-le-monde”. Ce sont des gens qui ont une différence, une beauté différente.

Adama, mannequin Wanted

Adama, mannequin Wanted

Quel a été votre parcours jusqu’à Wanted ?

J’ai bossé chez Elite (NDLR : agence de mannequins « traditionnels ») pendant longtemps. J’ai commencé vers 25 ans, et j’y suis restée jusqu’à mes 30 ans et quelque. Ensuite j’en ai eu marre des mannequins, à cause de l’arrivée de toutes les jeunes gamines de Russie. Quand j’étais chez Elite, il y avait Linda Evangelista, il y avait des stars, des mannequins “mannequins”. Avec l’arrivée de toutes les petites russes qui étaient toutes mignonnes, mais toutes pareilles, c’est devenu moins intéressant. Donc je suis partie, j’ai bossé 3 ans avec Vanessa Paradis, puis j’ai fait un bébé et j’ai pensé à ouvrir une librairie pour enfant. Je ne souhaitais pas revenir dans le circuit du mannequinat, ça ne m’intéressait plus. Mais j’ai pensé à toutes ces Linda, ces Naomi, tous ces mannequins, en me disant qu’elles vieillissaient mais qu’elles étaient toujours belles. Je suis donc allée dans une agence, et je leur ai soumis l’idée d’ouvrir un département pour seniors “Masters Models” . Ils avaient déjà un département qui s’appelait Wanted, pour les gueules, et je leur ai dit que ça m’intéresserait aussi de m’en occuper. J’y suis depuis 10 ans maintenant.

Alain N, mannequin Wanted

Alain N, mannequin Wanted

Qu’est-ce qu’il faut pour être mannequin chez Wanted ? Que recherchez-vous ?

Il faut être beau et différent. C’est-à-dire avoir quelque chose qui se dégage, quelque chose de plus que juste la beauté physique, quelque chose qui soit beau différemment.

Aleister K, mannequin Wanted

Aleister K, mannequin Wanted

Pouvez-nous nous donner des exemples de mannequins que vous représentez ?

On a des mecs avec des vraies gueules de malfrat. Ils ont des têtes taillées au couteau. Ils prennent la lumière, ils dégagent un truc. On a un mec qui a la figure complètement brûlée, au 3ème degré, mais qui est beau. On a que des gens qui dégagent une beauté qui n’est pas forcément celle de tout le monde.

Alix X

Alix X, mannequin Wanted

Combien de personnes représentez-vous ?

Chez Wanted, on représente environ 200 personnes. On a des gens de petite taille, des géants, on a des comédiens atypiques, des tatoués, des percés, des gens qui sont très très gros… Que des personnes qui, il faut le dire, s’aiment comme ils sont. Ce sont des gens qui n’ont pas envie de changer. Ils acceptent leur physique, ils l’assument et en sont fiers.

Alizée, mannequin Wanted

Alizée, mannequin Wanted

Qui sont vos clients ? Qui fait appel à vos mannequins ?

On fait beaucoup appel à nous pour les publicités ! De nos jours, les demandes des publicitaires ont beaucoup changé. Nombreux sont ceux qui veulent des gens différents. Il y a des réalisateurs pour des longs métrages. Des photographes qui ont envie de faire autre chose que du “Elle”. Il y a beaucoup de monde.

Anna C, mannequin Wanted

Anna C, mannequin Wanted

Vous dites que vos mannequins, même différents, restent beaux. Pour vous, qui avez été dans une agence de mannequins « traditionnels », vous savez  qu’aujourd’hui les standards de beauté ont évolué, par exemple un homme avec une barbe fournie ou des tatouages, qui pouvait il y a quelques années être hors-norme, est aujourd’hui dans la norme. Par rapport à ces évolutions, comment est-ce que Wanted évolue ? Ou n’évolue pas ? Est-ce que vous êtes obligés de chercher des personnes de plus en plus atypiques ?

On fait aussi du normal dans l’atypique. On a des hipsters, des tatoués… Nous, on cherche juste à montrer des gens qu’on ne croise pas tous les jours dans la rue. C’est vrai qu’on croise de plus en plus de hipsters et de tatoués, mais enfin ce n’est pas ce qu’on croise au supermarché. Il faut aussi qu’il y ait un truc en plus, ce n’est pas juste avoir une barbe, un tatouage ou des cheveux rouges, ce n’est pas ce qu’on cherche. On recherche quelqu’un qui a une personnalité qui va ressortir sur les photos.

Brahim A, mannequin Wanted

Brahim A, mannequin Wanted

Combien de candidatures recevez-vous par jour ?

On en reçoit beaucoup, une vingtaine par jour. Mais bon, si c’est quelqu’un qui a piercing dans le nez, des cheveux rouges, rasé au milieu de la tête… Pour nous, ça ce n’est pas atypique.

Fru, mannequin Wanted

Fru, mannequin Wanted

Comment trouvez-vous vos mannequins ? C’est grâce aux 20 candidatures quotidiennes que vous recevez ? Est-ce grâce aux casting sauvages ?

Oui, parmi les candidatures que nous recevons, il y en a qui sont très intéressantes. Sinon il m’arrive de demander à des gens dans la rue, mais ce n’est pas évident de savoir s’ils acceptent leur différence ou pas. Donc ça m’est arrivé, mais je préfère qu’ils viennent vers moi. Je n’ai pas envie de vexer quelqu’un. Etre atypique peut être génial pour quelqu’un, et une insulte pour un autre. Si je vois quelqu’un qui s’assume vraiment dans la rue, et que je me dis “wahou” son look est vraiment bien, là j’oserais. Autrement, je ne peux pas aller voir quelqu’un dans la rue juste parce qu’il a une tête que je trouve, moi, atypique et belle. Je ne sais pas comment lui se voit. Ce n’est pas évident de s’accepter quand on est atypique. C’est une chance d’être capable de le faire, mais encore une fois, ce n’est pas évident.

Marie-Agnès G, mannequin Wanted

Marie-Agnès G, mannequin Wanted

Un dernier message pour finir ?

Je pense qu’il faut s’aimer d’abord, en attendant que les autres vous aiment. Il faut avoir confiance en soi, il y a de la beauté partout, et on n’a pas tous les mêmes critères. Il ne faut pas essayer de se voir comme dans les magazines. Déjà parce que les mannequins y sont tous et toutes trafiqués. Même nous, chez Wanted, nous trafiquons nos mannequins. Tout est trafiqué. Photoshop a révolutionné la photo. Donc il faut juste se dire qu’on peut être beau et différent.

Merci.
Site officiel de Wanted : http://www.wantedmodels.com/fr/

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *